Second volet de la série ayant pour personnage principal la lieutenant Yvonne Chen que j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver. Il est selon moi indispensable de lire Le gibier avant La capture, mais comme vous le savez, j’ai un TOC avec les sagas. Toutefois, le premier tome se termine sur un évènement qui est la cause de cette nouvelle enquête de Chen.

Fidèle à elle même, la voici exilée en Bretagne, sur les traces des furies, un groupuscule à l’identité mystérieuse, qui officie sous couverture pour éliminer ses cibles. Chacune de leurs missions est apparentée à une danse pour le moins macabre. Mais qui mène la danse ?

Personnage charismatique, Yvonne a mauvais caractère et n’éprouve aucune empathie. Elle ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit d’obtenir des informations et d’arriver à ses fins. Elle se permet tout et ses réflexions m’ont faite sourire à plus d’une reprise.

Comme d’habitude le style Lebel est efficace. Non dénué d’humour, il se joue de nous avec habileté pour nous livrer un roman très réussi au dénouement surprenant. Je n’ai rien vu venir !

Si je dois chipoter un peu, je dirais juste que j’ai trouvé Yvonne moins «piquante» dans cet opus, mais je ne doute pas qu’elle nous réserve de belles surprises dans le troisième volet.

Vivement la suite !

📚 Résumé :

Morguélen. Un nom funèbre pour une île bretonne giflée par les vents.
Un terrain idéal pour la lieutenante Chen, lancée dans une traque sans merci. Dans son viseur : des tueurs à gages insaisissables, les Furies, déesses du châtiment.
Mais à l’heure de la rencontre, la partie pourrait bien compter plus de joueurs qu’il n’y paraît. Et quand le prêtre de cette île du bout du monde entre à son tour dans la danse, une seule certitude demeure : quelqu’un va mourir.

Dernière mise à jour le 2022-09-27 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This