«On ne fait pas revivre les morts, on marche avec des fantômes.»

Matthieu est un enfant métisse né sous X adopté par des parents blancs.

Son absence identitaire couplée à une extrême sensibilité l’ont poussé dans des travers que tous les parents redoutent. 

Il raconte le début de l’addiction, la rupture sociale, sentimentale et familiale, la chute dans un gouffre qui l’aspire, la vie dans la rue, la violence, l’obsession de la came.

Il lui faudra de la volonté pour en sortir en acceptant d’être aidé. Pour Matthieu, se soigner, c’est perdre sa liberté. Réapprendre les codes, s’astreindre à une hygiène et une routine de vie lui procurent un sentiment d’étouffement. Il se sent contraint, emprisonné et nostalgique d’une liberté illusoire procurée par le crack. Mais en réalité, c’est de l’addiction dont il est prisonnier. Elle l’isole, le coupe du monde extérieur qui devient étranger et hostile. Il perd l’envie de vivre, devient effrayé de tout, paranoïaque, souffre de délire de persécution et se marginalise. 

Ce récit est très touchant. En tant que maman, j’ai obligatoirement transposé sur mes enfants, d’autant plus que j’ai vécu l’addiction d’un proche par le passé. C’est un parcours lent et douloureux pour s’en sortir, dont l’entourage fait également les frais. Ce témoignage est admirable car l’auteur se livre entièrement. C’est d’un grand courage.

L’écriture parfois confuse, le rythme décousu et irrégulier sont probablement le reflet de l’anarchie qui règne dans l’esprit de Matthieu. Si ce type de narration peut perturber le lecteur et ternir l’intensité du récit, il permet néanmoins de s’imprégner pleinement de l’univers de l’auteur, d’accentuer sa déroute, son chaos intérieur, sa contradiction : se battre ou abdiquer ?

J’ai apprécié cette lecture, cependant j’aurais aimé que l’aspect rupture et réconciliation familiale soit davantage traité. Il m’a manqué quelque chose de ce côté là.

Le parcours du sevrage n’est pas sans embuche. Il faut accepter de chuter pour mieux se relever, sans perdre de vue que s’affranchir d’une addiction, c’est finalement retrouver sa liberté.

📚 Résumé :

Son phrasé est celui d’un garçon pressé. Les images qu’il convoque, autant de coups de feu dans l’âme. L’itinéraire de Matthieu Seel, dit « Charles », ne souffre aucun temps mort.

Sa naissance sous X, son parcours de gosse aux mille questions, qui veut grandir trop vite en espérant un jour pouvoir y répondre, ses premiers pas, puis ses premiers joints dans le 19e arrondissement de Paris où il a grandi et les jardins chics de la rive gauche où il a choisi un blase pour la vie, ses déambulations sous crack dans la rue, le métro, les parkings et sur la Colline, il les raconte.

« Charles » a vogué d’un monde à l’autre, et d’un monde à l’autre, cherchant sa place, un beau jour il a sombré. Mais Matthieu a fini par supplanter « Charles ». Sa rédemption après l’addiction, son sevrage, en équilibre sur un fil ténu, celui de l’existence, il les raconte aussi.

Dernière mise à jour le 2022-09-27 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This