J’ai entamé cette lecture avec un peu d’appréhension suite à plusieurs retours mitigés que j’ai pu voir passer.

Dès les premières pages, j’ai su qu’avec moi ça allait matcher. 

L’écriture, le style, Etienne le psychorigide, Vive qui étouffe dans sa vie calibrée, l’issue tragique de l’histoire que l’on connaît déjà, mais dont on s’interroge sur l’élément déclencheur.

« Il était alors impossible d’imaginer que trois jours plus tard, dans la nuit de jeudi à vendredi, Etienne tuerait sa femme. »

Ce qui est effrayant, c’est que cette histoire ne prend pas naissance dans un contexte de violence conjugale. Etienne et Vive forment un couple calme et sans histoires. Ils travaillent tous deux dans le domaine culturel, sont instruits et accordent une grande place à l’art, même s’ils sont obligés de se serrer la ceinture pour boucler les fins de mois.

Etienne n’a jamais eu d’antécédents de violence, et pourtant un matin tout va basculer, sans raison, il va poignarder sa femme de 37 coups de couteau, gagné par une sorte de transe dans laquelle il bascule.

Comment peut-on en arriver là ? Cela peut-il arriver à tout le monde ?

L’autrice nous plonge au plus près d’Etienne. Dans sa tête, dans son corps, dans son âme, dès le début du roman afin d’approcher son indicible folie.

Le schéma narratif est parfait pour permettre au lecteur de s’immerger pleinement. Encercler le moment paroxystique de la bascule par une alternance temporelle dans la natation s’est révélée efficace sur moi .

L’écriture factuelle maîtrisée colle au plus près du personnage d’Etienne, pour attirer l’attention du lecteur sur la banalité de ce couple que rien ne destinait à l’homicide conjugal.

J’ai dévoré ce roman, avec angoisse et stupeur, et surtout en me disant que tout ne tient qu’à un fil, de l’épaisseur d’un cheveu. 

Une lecture sombre et prenante pour un sujet tragique brillamment traité. 

Je ne peux que vous encourager à vous faire votre propre avis sur ce roman, car si j’avais écouté tous les autres avis, je serais passée à coté d’une belle découverte.

L'Epaisseur d'un cheveu
  • Berest, Claire (Author)

📚 Résumé :

« Il était alors impossible d’imaginer que trois jours plus tard, dans la nuit de jeudi à vendredi, Etienne tuerait sa femme. »

Etienne est correcteur dans l’édition. Avec sa femme Vive, délicieusement fantasque, ils forment depuis dix ans un couple solide et amoureux. Parisiens éclairés qui vont de vernissage en concert classique, ils sont l’un pour l’autre ce que chacun cherchait depuis longtemps.

Mais quelque chose va faire dérailler cette parfaite partition.

Ce sera aussi infime que l’épaisseur d’un cheveu, aussi violent qu’un cyclone qui ravage tout sur son passage.

Implacable trajectoire tragique, L’Épaisseur d’un cheveu ausculte notre part d’ombre. Claire Berest met en place un compte-à-rebours avec l’extrême précision qu’on lui connaît pour se livrer à la fascinante autopsie d’un homme en route vers la folie.

Dernière mise à jour le 2024-05-18 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This