Raconter l’histoire de l’humanité, c’est un projet de grande envergure. C’est au travers de cette saga qui retrace la traversée des temps en 8 tomes qu’Eric Emmanuel Schmitt nous propulse d’un monde à l’autre, de la préhistoire à nos jours, d’évolutions en révolutions. J’ai adoré Paradis Perdus, le premier volume de cette saga, aussi j’étais impatiente de retrouver Noam, héros devenu immortel. Dans ce second opus, il nous transporte en Mésopotamie où nous assistons à la construction de la tour de Babel, mais aussi à l’évolution des civilisations, à la naissance de l’écriture, de l’astronomie, de l’esprit de conquête ainsi que des croyances religieuses.

Une fois de plus, j’ai été charmée par les mots d’Eric Emmanuel Schmitt. Pourtant pas fan de cet auteur en général, je ne peux que reconnaître son talent de conteur. Instructif tout en étant abordable et passionnant, l’auteur nous partage son savoir au travers du récit de la vie de Noam. En romançant les éléments historiques, EES nous donne accès à ses connaissances de manière ludique. Entrer dans l’Histoire par des histoires aux personnages forts et touchants qui incarnent les figures historiques clées des mutations et évènements majeurs de l’évolution des civilisations, ce n’est pas à la portée de tout le monde. Eric-Emmanuel Schmitt maitrise cet exercice à la perfection.

Comme pour le premier tome, je me suis totalement laissée embarquée et pourtant ce n’est pas vraiment mon registre de littérature préféré.

Par conséquent, je ne peux que vous conseiller de lire cette saga qui a un petit air de «Il était une fois l’homme » version adulte. C’est une invitation au voyage dans le temps, à l’érudition et au questionnement sur l’humanité.

Quant à moi, j’ai hâte de partir en Egypte, à la rencontre des pharaons et de Moïse en compagnie de Noam.

Résumé :

L’éternité n’empêche pas l’impatience : Noam cherche fougueusement celle qu’il aime, enlevée dans de mystérieuses conditions.L’enquête le mène au Pays des Eaux douces −la Mésopotamie − où se produisent des événements inouïs, rien de moins que la domestication des fleuves, l’irrigation des terres, la création des premières villes, l’invention de l’écriture, de l’astronomie.
Noam débarque à Babel où le tyran Nemrod, en recourant à l’esclavage, construit la plus haute tour jamais conçue. Tout en symbolisant la grandeur de la cité, cette Tour permettra de découvrir les astres et d’accéder aux Dieux, offrant une véritable « porte du ciel ».
Grâce à sa fonction de guérisseur, Noam s’introduit dans tous les milieux, auprès des ouvriers, chez la reine Kubaba, le roi Nemrod et son architecte, son astrologue, jusqu’aux pasteurs nomades qui dénoncent et fuient ce monde en train de s’édifier.
Que choisira Noam ? Son bonheur personnel ou les conquêtes de la civilisation ?
Dans ce deuxième tome de la saga La Traversée des Temps, Eric-Emmanuel Schmitt met en jeu les dernières découvertes historiques sur l’Orient ancien, pour nous plonger dans une époque bouillonnante, exaltante, prodigieuse, à laquelle nous devons tant.

Dernière mise à jour le 2022-09-27 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This