Si la couverture ne correspond pas à mes lectures habituelles, le contenu de cet ouvrage avait quand même tout pour me plaire.

Une saga familiale dans le contexte historique de l’après guerre, mais pour une fois du côté allemand.

Grosse déception et abandon….

Vous l’aurez compris, je ne lirai pas la suite de cette saga.

J’ai trouvé l’écriture fade, énormément de longueurs, des personnages sans aucun charisme, bref je me suis ennuyée.

J’ai lutté pour arriver à la moitié du livre, mais il m’a été impossible d’entrer dans l’histoire, j’ai donc laissé tomber.

Moi qui espérais une série dans le style de Pierre Lemaitre, j’ai été servie !

Peut-être que ce premier opus est la mise en place de l’histoire qui suivra, néanmoins il aurait fallu quelque chose pour m’accrocher davantage et me donner envie de poursuivre ma lecture.

Tant pis !

📚 Résumé :

L’autrice de la série best-seller La Villa aux étoffes revient avec une nouvelle saga familiale captivante autour d’un café emblématique dans l’après-Seconde Guerre mondiale.

Wiesbaden, 1945. La jeune Hilde a du mal à croire à sa chance : la guerre est finie et le Café Engel a été miraculeusement sauvé. Hilde rêve de redonner à l’entreprise familiale le prestige qu’elle avait autrefois, quand ce café emblématique de la région réunissait artistes et personnalités influentes. Pour cela elle ne peut compter que sur elle-même, sa mère peinant à reprendre goût à la vie après la disparition de son père sur le front français.

Grâce au marché noir florissant, elle parvient à rouvrir le café, et les clients affluent. Des soldats américains comme des Fräuleins, ceux qui sont parvenus à garder leurs possessions pendant la guerre comme ceux qui ont tout perdu. Et contre toute attente, le père de Hilde est libéré et rentre chez lui. Mais, à peine retrouvée, la joie est de courte durée. Maintenant que son père est rentré, Hilde est reléguée à un rôle de serveuse. Et, lorsqu’une belle jeune femme réfugiée de Prusse orientale se présente au café comme sa cousine Luisa, c’est le cœur de tous les villageois qu’elle va conquérir. Y compris celui de l’amour de jeunesse de Hilde, le violoniste Fritz Bogner, revenu lui aussi d’un camp de prisonniers. Les deux rivales ont pourtant bien plus en commun qu’elles ne l’imaginent…

Dernière mise à jour le 2024-02-26 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This