Deuxième lecture dans le cadre du Prix des Lecteurs 2021 Livre de Poche pour le mois de Mars.

« Gilbert Rechonnet, né le 9 juin 1860 à Effiat (Puy-de-Dôme). Jugé le 19 juin 1872 pour vol. Condamné selon l’article 66 à de la correction jusqu’à 18 ans.
N°d’écrou 816. 1,34 m à l’entrée.
Effets personnels : Guenilles.
Antécédents mauvais. Les père et mère sont décédés.
Cause de la sortie : Décès le 28 janvier 1874. »

Voilà de quoi vous donner une idée de l’ambiance de ce livre. Chaque chapitre commence ainsi, avec un extrait des registres d’écrou de la maison d’éducation surveillée de Vailhauquès, tiré des archives départementales de l’Hérault.

L’histoire :

Nous sommes en 1901. Il y a 17 ans, « le bagne », maison de correction, a fermé ses portes. Pendant de nombreuses années, les enfants et adolescents y ayant vécu ont été victimes de mauvais traitements, d’abus et de violences en tout genre. Leurs geôliers sont les habitants du hameau. Ils sont tous complices, de par leurs actes ou leur silence. Tous savent.
Lorsque d’étranges évènements s’enchainent, tout le monde imagine la vengeance des enfants.

Mon avis :

Voici une lecture noire, bien bien noire.
Une lecture éprouvante, étouffante.
J’ai souffert.
4 jours pour lire 200 pages tellement c’est sombre.
Et puis j’ai été happée, comme ensorcelée par la plume de l’auteur et j’ai englouti le dernier tiers en un rien de temps.
Dans ce livre il y a toute la laideur humaine. C’est une histoire de non-dits et de silences qui gangrènent et qui rongent l’âme des habitants de ce hameau. Ils vivent de la terre nourricière et entretiennent tout un tas de superstitions et de croyances.

Les personnages sont fouillés et j’ai été particulièrement touchée par Blanche et Etienne.

Cette histoire fait mal, car l’auteur nous immerge complètement au milieu de cette noirceur. C’est une lecture très marquante, un hommage à tous ces enfants qui ont souffert par le passé, à une époque où ils n’étaient qu’une bouche de plus à nourrir. Mais ce qui fait encore plus mal, c’est de penser que ce genre de chose existe certainement encore de nos jours, quelque part.

Outre l’horreur de cette histoire, je suis tombée sous le charme de l’écriture de Jean-Christophe TIXIER. C’est une plume envoutante que je découvre avec ce livre.

Les Mal-aimés
  • Tixier, Jean-Christophe (Author)
  • 312 Pages - 09/02/2020 (Publication Date) - Le Livre de Poche (Publisher)

Résumé :

1884, aux confins des Cévennes. Une maison d’éducation surveillée ferme ses portes et des adolescents décharnés quittent le lieu sous le regard des paysans qui furent leurs geôliers.

Quand, dix-sept ans plus tard, sur cette terre reculée et oubliée de tous, une succession d’événements étranges se produit, chacun se met d’abord à soupçonner son voisin. On s’accuse mutuellement du troupeau de chèvres décimé par la maladie, des meules de foin en feu, des morts qui bientôt s’égrènent… Jusqu’à cette rumeur, qui se répand comme une traînée de poudre : « ce sont les enfants qui reviennent. » Comme si le bâtiment tant redouté continuait de hanter les mémoires.

Porté par une écriture hypnotique, le roman de Jean-Christophe Tixier, portrait implacable d’une communauté rongée par les non-dits, donne à voir plus qu’il ne raconte l’horreur des bagnes pour enfants qui furent autant de taches de honte dans l’Histoire du XXe siècle.

Dernière mise à jour le 2021-03-20 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Pin It on Pinterest

Share This